Pourquoi faut-il avoir une excellente stratégie SEO ?

21 09 2008

Depuis que ce blog existe, son classement a évidemment évolué tant sur sa notation par PageRank que sur son positionnement au sein des moteurs de recherche. Mais il est certain, que ces évolutions peuvent être minimisées par rapport au travail quotidien réalisé par les responsable web de marque évoluant sur Internet.

Même si de plus en plus de sociétés intègrent un service on-line dans leur structure, il existe toutefois une part non négligeable d’entreprises qui ne développe pas une véritable stratégie SEO (Search Engine Optimization) ce qui signifie qu’elle sont présentes sur Internet mais presque totalement invisibles aux yeux des internautes. Il est donc important que les responsables stratégiques s’interrogent sur le comportement des internautes lorsqu’ils réalisent une recherche sur la toile.

Une des premières étapes, pour comprendre ce comportement, est l’utilisation des études d’Eye-Tracking spécialisées sur les moteurs de recherche qui permettent de mettre en image les zones chaudes d’un site tel que Google et d’observer leurs évolutions au fil des années. C’est à cet instant, que le blog Think Eye-Tracking est profitable à tout responsable stratégique qui souhaite comprendre les évolutions du comportement de l’internaute qui a véritablement été modifié en trois ans.

Source : Think Eye-Tracking

Cette image nous démontre clairement que les recherches ne se font plus de la même façon, hier, c’est-à-dire il y seulement trois ans les internautes s’intéressaient à tous les résultats présents sur la première page. Cela signifiait que même si vous n’étiez pas présent dans les trois premiers résultats mais que vous vous positionniez dans les 10 premiers, vous aviez presque 100% de chance d’être vu et reconnu par l’internaute. Mais trois ans plus tard, ce dernier ne souhaite plus qu’une seule chose, la pertinence…

Ce désir de pertinence se traduit par un comportement de recherche totalement recentré sur les trois premiers résultats, sans prise en compte du lien sponsorisé, puis une sorte de promenade hasardeuse sur cette même page. De plus, 87% des internautes expliquent que lorsque leur requête n’a pas été résolue par les premiers résultats, ils ne vont pas voir les autres pages mais réalisent une nouvelle recherche avec d’autres mots clés.

Qu’en concluons-nous ?

Si les internautes désirent la pertinence, où pensent atteindre la pertinence sur les trois résultats principaux, il est indispensable de développer une stratégie SEO complétée par une stratégie SEM (Search Engine Marketing) qui offrira à l’entreprise d’être positionnée inévitablement en tête des résultats et entraîner immédiatement une augmentation de la fréquentation de son site et de son taux de transformation. Un responsable on-line se doit de comprendre et d’utiliser les habitudes des internautes sur les moteurs de recherche pour construire la stratégie de référencement optimale ou d’améliorer celle qu’il a mis en place actuellement.

Internet est simultanément un média et un outil, évoluant plus rapidement que n’importe quel autre média. C’est dans cet univers et avec ses caractéristiques que les responsables on-line doivent sans cesse être ouverts à faire évoluer leurs stratégies pour toucher efficacement leurs différentes cibles.

Publicités




Eye-Tracking : Evaluer votre chaleur et votre attractivité

27 05 2008

Eye-Tracking (Oculométrie) : Technique permettant de suivre le parcours de l’oeil d’un utilisateur sur un site web.
L’eye tracking (ou suivi du regard) est utilisé par les ergonomes et les webmasters pour les aider dans les choix de conception et de design des sites web.

Un utilisateur sert de « cobaye » et parcourt un site. Le mouvement de son oeil est enregistré puis restitué sur une machine. L’analyse des mouvements du regard permet de prendre des décisions relatives à l’ergonomie générale d’un site.

Source : Dico du Net – http://www.dicodunet.com/definitions/creation-web/eye-tracking.htm

Comme nous l’explique cette définition, l’eye-tracking est une technique utilisée pour observer et analyser le regard de l’internaute sur un site internet. Grâce à cet outil, vous pourrez mettre en avant les différentes zones de votre site et ainsi d’établir un mapping complet différenciant les zones froides, tièdes et chaudes.

Cette étude a permis de mettre en avant un phénomène en pérpétuel croissance : Le banner blindness. Ce terme, développé par Benway and Lane en 1998, désigne en fait les internautes qui ignorent instinctivement les bannières publicitaires, et incitent alors les annonceurs à trouver des solutions innovantes afin d’être à nouveau visible sur les sites internet. Ce phénomène est très intéressant, puisqu’il nous prouve qu’à la différence des autres supports de communication où la cible est généralement passive, l’internaute lui est actif et peut à tout moment transformer son champ de vision et rendre invisible tout message publicitaire qui tenterait de lui parvenir.

C’est dans ce cadre de fonctionnement, que les annonceurs et les agences de communication spécialisées dans l’internet, innovent et transforment leurs relations avec leurs cibles en créant des visuels plus attractifs et surtout des communications basées sur l’échange et la collaboration. Tiens, il me semble que ces deux termes font partie de la définition du Web 2.0…

A présent, à vous d’évaluer les zones chaudes de votre site internet en utilisant non pas l’eye-tracking mais le mouse-tracking qui évalue comme son nom l’indique les mouvements de la souris sur votre site internet. Toutefois, ne vous fiez pas obligatoirement à ses résultats car cette méthode d’analyse est très contredite puisque l’on observe aujourd’hui que l’internaute pose sa souris généralement sur un point coloré puis utilise essentiellement son regard pour voyager sur le site internet.

Voici un lien vous permettant d’étudier votre mouse & click tracking :