Diesel détourne le Porno Chic et s’offre Le buzz de la rentrée…

29 09 2008

Diesel est une marque atypique au sein du marché international de la mode, puisqu’à la différence de la plupart des marques haut-de-gammes qui ont augmenté leur chiffre d’affaires en démocratisant à outrance leur offre, Diesel a quant à elle acquit ses bénéfices supplémentaires en appliquant une stratégie inverse. 

Je vais vous faire une brève explication concernant la stratégie de développement de Diesel parce que je me suis tapé tous les samedis matins à 8h00 une matière « Marketing de la Mode » en ESC et que je veux me venger sur vous lecteurs vous faire partager cette galère histoire. 

Diesel a été créé en 1978 par Renzo Rosso, qui désirait voir sa marque devenir leader au sein d’un marché où le prêt-à-porter de luxe n’existait pas véritablement. Pour débuter, la marque ne s’est pas affiché comme une marque de luxe, mais elle a joué la carte de la différenciation pour construire son image et sa culture.

Le design unique style « j’ai un jean déchiré tout neuf cool » a été très vite repris par les stars de tout bord qui ont installé les jeans Diesel comme un symbole de liberté et de différence. Les années passent, Renzo Rosso en a marre il en veut plus, et il désire encore une fois rompre avec la logique du marché de la mode : « Moindre qualité mais plus de blé surtout quand c’est griffé ». 

Logique normale qui fonctionne parfaitement pour les marques qui préfèrent généralement créer des gammes de qualités inférieures et toucher ainsi une cible bien plus grande, comme par exemple Louis Vuitton qui vend des produits allant de 20€ jusqu’à 15.000€. Rosso joue gros, mais se dit « Et si, je la leur faisais à l’envers » et ça fonctionne. 

Diesel augmente ses prix, développe des gammes Vintage et très haut-de-gamme, et s’installe sur un marché naissant le prêt-à-porter de luxe avec ses propres défilés, ses propres règles et surtout ses propres clients.

Ok, j’ai tué deux ou trois internautes qui sont là par hasard, qui recherchaient des infos concernant Diesel ou au contraire qui rêvaient d’une explication sur le SEO. Je sais, cet article n’a rien à voir avec du webmarketing, mais avoir l’occasion d’utiliser pour une fois ce que j’ai entendu appris durant ce cours de « Marketing de la Mode » et pour moi un véritable soulagement… 

Bon pour être honnête Diesel ne m’intéresse pas véritablement pour ses produits mais pour sa campagne de communication on-line. La marque a choisi d’utiliser internet comme un véritable vecteur de communication et non pas juste comme un simple outil d’e-commerce. Que ce soit sur son site internet ou sur sa présence au sein des différents sociaux qui existent, Diesel joue la carte de la différence et de la créativité.

Cette stratégie est en adéquation avec l’image que souhaite transmettre la marque et elle permet de rendre cohérent les différents messages que transmet Diesel à ses consommateurs ou prospects.  Pour promouvoir son dernier événementiel, la soirée The Diesel Party XXX, la marque est allée encore plus loin en détournant des films porno et en remplaçant les images à caractère pornographique par des jolies dessins dénués de tout caractère sexuel. Et là on se dit que le porno chic trop tendance de Dolce & Gabana n’est pas tant hype que ça…

Grâce à cette vidéo, Diesel s’est offert le plus gros buzz de la rentrée et par la même occasion nous a donné la certitude que la marque était un véritable communiquant sur la toile.

Liens :

Publicités




Shave The Pussy : On se détend, On buzz et On s’épile…

23 09 2008

Le buzz du moment, concerne l’association suédoise pour l’éducation sexuelle, RFSU, qui complète son action de prévention auprès des jeunes suédoises, en vendant des produits allant des produits d’hygiène intime jusqu’aux préservatifs et autres lubrifiants.

Pour communiquer sur ses nouveaux produits d’hygiènes intimes, l’association a développé un site en flash où l’internaute prend en charge l’épilation d’un sexe féminin en utilisant les différents produits disponibles et en écoutant les conseils prescrits par une infirmière souriante aux allures de nurse américaine. Là où le buzz est amusant et fonctionne, c’est qu’à chaque nouvelle création nous pouvons la transmettre à nos contacts sur Facebook et faire passer des messages cachés.

Un buzz intéressant, impertinent et visuellement attractif. Un seul conseil : allez endosser le rôle de l’esthéticienne.

Lien :





Réseau Social vs Sexe, et le gagnant est…

19 09 2008

Mais que se passe t’il sur internet en ce moment, l’internaute se transformerait-il ? Aurait-on perdu des branleurs des amateurs de formes féminines ? Les marketers doivent-ils ôter tout sexe dans leur stratégie de communication ?

Pour nous aider à répondre à ces interrogations, Bill Tancer – auteur du livre Click et Directeur Général de la recherche chez Hitwise – a étudié les recherches de millions d’internautes et évalué leurs variations sur plusieurs années.

Depuis plus de 10 ans, le sexe dominaient la majorité des recherches sur internet en représentant 20% de l’ensemble de celles-ci, mais son engouement et le plaisir qu’il offre à ses amateurs semble diminuer puisque les recherches à caractère sexuel sont à présent d’environ 10%. Les internautes ayant au contraire favoriser les recherches concernant les réseaux sociaux, de là à dire que Facebook est plus jouissif que le sexe, il n’y a qu’un pas…

Mais à présent interrogeons-nous véritablement. Si les recherches se modifient, le comportement de l’internaute est quant à lui aussi transformé, les publicités (bannières, adwords, Yahoo Search) se doivent d’être déplacées d’un point A à un point B, même si je suis certains que beaucoup d’entre nous n’auraient pas osés placés une pub sur un site pornographique. Cela traduit aussi un réel besoin du consommateur d’intégrer ou de connaître les réseaux sociaux sur internet, et si l’on se réfère à la hiérarchisation des besoins selon Maslow, nous pourrions presque considérer que l’internaute est passé d’un stade de besoin physiologique (le sexe) au stade du besoin d’appartenance (faire parti d’une communauté).

Abraham Maslow serait contre cette interprétation, pourtant nous pourrions considérer que le besoin physiologique de l’internaute serait le voyeurisme, et que son besoin d’appartenance ne pourrait être atteind que lorsque un site lui proposerait la réalisation de ses besoins primaires ainsi que secondaires.

Facebook, Myspace, Linkin, Hatebook, Dailymotion, Youtube etc… Sont autant de sites qui mettent en avant l’aspect communautaire mais qui offrent aussi la possibilité d’être un cyber-voyeur du quotidien des autres…

En tant qu’e-marketer notre seul objectif étant d’utiliser au mieux le comportement de l’internaute pour l’inciter à se diriger vers notre offre commerciale et favoriser l’acte d’achat. Il est donc important que le marketing stratégique intègre une optique marketing sociale pour améliorer son efficacité puisque la majorité des internautes est utilisatrice de ces plate-formes.

Pour conclure, Bill Tancer considère que son travail sur nos recherches internet permet de construire de véritable profil de consommation ou plus largement de l’opinion publique et lui offre la possibilité de mettre en place des tendances comportementales durant chaque période de l’année ou lors d’un événement particulier.

Par exemple, lorsque Thanksgiving approche les recherches concernant les anti-dépresseurs explosent… Intéressant pour les vendeurs de Prozac.

Liens :