Quel est l’intérêt de développer une campagne de communication sociale ?

23 09 2008

Lorsque nous sommes confrontés à l’élaboration d’une campagne de communication on-line, nous devons faire des choix afin de développer une campagne profitable, pertinente et réaliste par rapport aux objectifs que nous nous étions fixés.

Ce que nous allons tenter de démontrer dans cet article est l’opportunité que représente une campagne de communication sociale, c’est-à-dire utilisant les réseaux sociaux. Cela ne signifie pas de se servir de l’internaute comme média ou vecteur de diffusion du message, mais de choisir comme média les réseaux sociaux. 

Prenons un exemple trop tendance simple : Facebook. La régie de ce réseau social, nous propose de construire notre communication non pas en choisissant des mots clés comme l’offre proposée par les Adwords de Google ou les Yahoo Search, mais en créant une publicité faite pour le site puis en élisant les caractéristiques de nos cibles. 

Cet exemple proposé sur le site de Facebook, nous permet d’observer comment l’utilisateur sera touché par notre publicité.

Si nous avions considéré  que notre coeur de cible était composé principalement de jeune-fille, âgée entre 25 et 28 ans, habitant la région parisienne, aimant la tecktonik musique classique, détenant un cercle d’amis trop fashion compris entre 100 et 150  personnes et ayant pour point commun principal la pratique du curling poker.

A partir de toutes ces données, la régie me propose un fichier d’adresses comprenant l’ensemble des membres répondant à mon coeur de cible, et il ne nous reste plus qu’à choisir le nombre de personne qui pourront voir cette publicité. En clair, plus nous aurons d’argent, plus nous pourrons louer un fichier important et performant.

Ce type de campagne présente de véritables avantages compétitifs par rapport à ses concurrents directs que sont les bannières et les publicités par  mots clés.

Avantages :

  • Un ciblage précis, efficace et totalement paramètrable
  • Une coordination possible entre les différents réseaux sociaux existants pour toucher nos différentes cibles (professionnels, particuliers…)
  • Viser une cible facilement et de façon répétée sans lui donner l’impression de la spammer (à la différence d’un e-mailing)
  • Profiter du réseau de son coeur de cible pour élargir sa cible initiale
  • Compléter cette campagne traditionnelle par l’utilisation de nouveaux supports tels que les Advertgame
Inconvénients :
  • Un coup supérieur puisque nous additionnons la location d’un fichier et l’achat d’espaces
  • Un risque d’invisibilité par l’utilisateur victime de « banner-blindness »
  • Une publicité souvent limitée en termes de créativité puisqu’il est impossible d’intégrer des vidéos et/ou des éléments atypiques (flash, interaction avec l’internaute…)
Que faut-il en conclure ? Je crois que nous ne pouvons plus nous passer de l’utilisation d’une campagne de communication sociale, toutefois, il ne faut pas s’en contenter. Tout comme nous établissions auparavant un média planning, nous pouvons aujourd’hui construire un planning on-line qui reprendra nos différentes actions de communication on-line. En additionnant, une campagne par mots-clés, une stratégie de SEO, une communication virale et une communication sociale nous devrions obtenir un retour sur investissement important et surtout la satisfaction de toucher notre coeur de cible, mais par répercussion une cible bien plus large et plus profitable.
Bon et si nous avons véritablement de l’argent, on s’achète une bannière sur la une du Figaro parce que là ça nous rapportera un maximum sera profitable.




Réseau Social vs Sexe, et le gagnant est…

19 09 2008

Mais que se passe t’il sur internet en ce moment, l’internaute se transformerait-il ? Aurait-on perdu des branleurs des amateurs de formes féminines ? Les marketers doivent-ils ôter tout sexe dans leur stratégie de communication ?

Pour nous aider à répondre à ces interrogations, Bill Tancer – auteur du livre Click et Directeur Général de la recherche chez Hitwise – a étudié les recherches de millions d’internautes et évalué leurs variations sur plusieurs années.

Depuis plus de 10 ans, le sexe dominaient la majorité des recherches sur internet en représentant 20% de l’ensemble de celles-ci, mais son engouement et le plaisir qu’il offre à ses amateurs semble diminuer puisque les recherches à caractère sexuel sont à présent d’environ 10%. Les internautes ayant au contraire favoriser les recherches concernant les réseaux sociaux, de là à dire que Facebook est plus jouissif que le sexe, il n’y a qu’un pas…

Mais à présent interrogeons-nous véritablement. Si les recherches se modifient, le comportement de l’internaute est quant à lui aussi transformé, les publicités (bannières, adwords, Yahoo Search) se doivent d’être déplacées d’un point A à un point B, même si je suis certains que beaucoup d’entre nous n’auraient pas osés placés une pub sur un site pornographique. Cela traduit aussi un réel besoin du consommateur d’intégrer ou de connaître les réseaux sociaux sur internet, et si l’on se réfère à la hiérarchisation des besoins selon Maslow, nous pourrions presque considérer que l’internaute est passé d’un stade de besoin physiologique (le sexe) au stade du besoin d’appartenance (faire parti d’une communauté).

Abraham Maslow serait contre cette interprétation, pourtant nous pourrions considérer que le besoin physiologique de l’internaute serait le voyeurisme, et que son besoin d’appartenance ne pourrait être atteind que lorsque un site lui proposerait la réalisation de ses besoins primaires ainsi que secondaires.

Facebook, Myspace, Linkin, Hatebook, Dailymotion, Youtube etc… Sont autant de sites qui mettent en avant l’aspect communautaire mais qui offrent aussi la possibilité d’être un cyber-voyeur du quotidien des autres…

En tant qu’e-marketer notre seul objectif étant d’utiliser au mieux le comportement de l’internaute pour l’inciter à se diriger vers notre offre commerciale et favoriser l’acte d’achat. Il est donc important que le marketing stratégique intègre une optique marketing sociale pour améliorer son efficacité puisque la majorité des internautes est utilisatrice de ces plate-formes.

Pour conclure, Bill Tancer considère que son travail sur nos recherches internet permet de construire de véritable profil de consommation ou plus largement de l’opinion publique et lui offre la possibilité de mettre en place des tendances comportementales durant chaque période de l’année ou lors d’un événement particulier.

Par exemple, lorsque Thanksgiving approche les recherches concernant les anti-dépresseurs explosent… Intéressant pour les vendeurs de Prozac.

Liens :





Le marketing des réseaux sociaux

16 09 2008

La société Survey Sampling International, premier fournisseur mondial de services d’études et d’analyses statistiques, a réalisé une étude concernant l’usage des réseaux sociaux dans les entreprises européennes et leur stratégie marketing.

L’intérêt de cette dernière réside dans le fait qu’aujourd’hui, presque la totalité des marketers de ce monde vous dira utiliser les réseaux sociaux pour valoriser son offre commerciale. Toutefois, nous pouvons relativiser cette permière impression par le fait que se connecter à Facebook et trouver des amis n’est pas exactement une action marketing avec un fort potentiel commercial ou ROI pour les puristes que nous sommes.

Alors où sont-ils donc ces marketers du web 2.0 ? D’où viennent-ils ? Que font-ils ? Et est-ce-que vous en êtes ? Pour répondre à toutes ces interrogations, voici un profil non-exhaustif de l’e-marketer social :

  • Espagnol ou Allemand
  • Utilise les réseaux sociaux pour le business B2B
  • Utilise les résaux sociaux pour les relations publiques et presse
  • Utilise les réseaux sociaux pour travailler en équipe
  • A intégré les réseaux sociaux dans la stratégie de marque et de croissance de son entreprise
  • Apprécie les réseaux sociaux pour construire une nouvelle approche de sa relation client
  • Se connecte au minimum une fois par jour
  • Peut rester connecter toute la journée

Même si cette étude reste très vague concernant le profil type du marketer web 2.0, elle nous permet de constater que la France est un pays particulier concernant la motivation principale de 53% de ses professionnels utilisent les réseaux sociaux pour espionner leurs paires. Mais ne nous inquiétons pas, les italiens er les allemands assument eux aussi ce travers.

Michel Guidi, Managing Director of SSI Europe, comments: ”This survey indicates that B2B users have a sound understanding of social networks as a space, but are reluctant to incorporate it into marketing plans. This consensus across Europe suggests that social networks are not yet regarded as a forum for new business. Perhaps Web 2.0 technology will be applied to marketing strategies in this or other forms in future.”

Source : Netimperative

Il est donc temps pour nous tous de comprendre l’intérêt de tous les réseaux sociaux tel que Facebook, Viadeo, Linkin, Myspace, etc… pour développer une stratégie on-line réellement efficace et percutante tant pour les consommateurs, que les prescripteurs, les utilisateurs ou encore les partenaires (privés ou publics) de l’entreprise. Nous avons les outils et les médias, à nous de créer leur intérêt.

Lien :





L’étude du jour : Facebook

3 06 2008

Voici une étude très intéressante réalisée par Eric Delcroix et Lionel Barbe sur Facebook. Réseau social mondial, Facebook s’est imposé comme le leader sur ce marché en détenant plus de 75 millions d’inscrits et des techniques de gains publicitaires très critiquées. Pourtant, même si en vous y inscrivant vous êtes certains de perdre une partie de votre intimité et de risquer une addiction relative aux « pokes » en tout genre, vous avez choisi d’entrer dans ce réseau et d’être à présent facebooker…

Regardez cette étude, et appréciez les traits généraux de cette population et comprenez les attentes de celle-ci.